Au-delà des portes de corne et d’ivoire

Publié le par Silence

The dreaming,
Collectif,  DC/Vertigo



Nowhere, for a stagnant space of time that he can’t count. A very long instant or a very short century, something indefinite that isn’t either.indefinite as the chilling nothing…When he flaps his wings there’s no resistance, and when he scratches with his feet, no ground. But no sens that he’s falling. No sense at all…

    Vous songiez naïvement qu’une fois vos paupières closes, votre esprit restait sagement à l’abri dans votre corps ? Que les rêves n’étaient que des messages colorés que vous adressaient Moi, Surmoi et terreurs nocturnes ? Que vous aviez sur eux la mainmise ?  Erreur. Grossière erreur… Le sommeil n’est pas un moment, c’est un territoire ; nos rêves ne sont pas nos rêves, ce sont des mondes hybrides, fantômes de personne. Mais le pire, c’est que les portes du domaine des rêves ne sont pas closes : parfois, les rêves s’échappent…


Entre les bras de Morphée
    Il est un lieu où mêmes les rêves les plus noirs prennent chair et vie, où un bibliothécaire range et étiquette scrupuleusement vos fantasmes inavoués, où les mythes même se recyclent.
    Fermez les yeux et traversez des espaces où le moindre faux pas peut vous mener droit à votre Némésis. Venez tailler la bavette avec des personnages hauts en couleur, comme Mervyn, l’homme à la tête de citrouille, jardinier et penseur de son état, avec des fées expatriées - ne prenez pas garde à Cluracan : il a l’alcool mauvais depuis que Titania l’a chassé. Vous croiserez aussi des âmes en peine, comme Matthew le corbeau, des âmes damnées (un conseil : ne regardez jamais le Corinthien dans les yeux, il vous les enlèverait), des âmes séculaires, comme Eve – oui, cette Eve…
Fermez les yeux… Vous y êtes… Vous l’aurez voulu…

Rien en se perd, rien ne se crée… Tout se transforme
    A l’origine de tout cela fut la série du Sandman, scénarisée par Neil Gaiman. En 1996, plusieurs auteurs et dessinateurs décidèrent de s’emparer des à-côtés du comics et de focaliser leur création, The Dreaming, non sur le personnage central de Dream (ou Morpheus), mais sur son royaume et plusieurs de ses sujets. Spin-off, donc.
    Si Neil Gaiman reste consultant sur la série, il livre les clés des scénarios à d’autres, perpétuant ainsi la tradition de The Sandman ; on retrouve ainsi l’écriture exigeante et sombre de Caitlin R. Kiernan, romancière trop facilement catégorisée « dark-goth-horreur ».
 Si les mise en route sont volontiers déroutantes,  on se glisse assez vite dans chacune de ses histoires amères et sombres (à condition de lire l’anglais car la série, si elle est commercialisée en France, n’est pas encore traduite).

    « Le rêve est le cauchemar est le rêve » semble dire ces chroniques d’un lieu impossible, lourd de regrets et de possibilités, fourmillant d’âmes qui se demandent si elles sont en vie ou regrettent  de l’être encore, espace infini qui se nourrit de ceux qui le créent.

Publié dans BD-mangas

Commenter cet article

silence 28/01/2007 14:28

vu que c'est une compilation, certaiens histoirs sont meilleures que d'autres. et comme je l'ai dit, on a parfois du mal à rentrer dedans mais c'est un cap à franchir. le jeu en vaut la chandelle, AMHA

AÚde 28/01/2007 11:00

Ah ? c'est si bien que ça ? car il y est à la biblio de mon ancien quartier et je l'ai un peu feuilleté et ça m'a pas spécialement accroché ? Vous me le recommandez ?

zordar 26/01/2007 12:42

J'en ai lu quelques uns , c'est déroutant comme tu dis mais on s'y fait et on devient accroc !